Développement durable

 

Politique sur les saines pratiques forestières Certification forestière

Adoptée le 27 avril 2004 par l’assemblée générale annuelle du Syndicat des producteurs de bois de la Côte-du-Sud.

Pourquoi une politique sur les saines pratiques forestières?

Les forêts sont à la base de la qualité de notre milieu de vie. Elles constituent une partie essentielle de nos paysages et nous procurent de nombreux produits et services. Parce que la forêt régionale est principalement de tenure privée, les propriétaires de forêts privées jouent un rôle important dans le développement social et économique de la Côte-du-Sud.

Il est connu que les caractéristiques propres à la forêt privée favorisent déjà une gestion responsable et durable de ses ressources.

  • Les producteurs sont propriétaires de leurs boisés, ce qui signifie qu’ils en connaissent les potentiels et les contraintes. Il est admis que l’utilisation d’un bien qui nous appartient est généralement plus sensée.
  • Les interventions en forêt privée sont généralement de faible intensité, réalisées sur une petite superficie et disséminées sur le territoire. Cela contribue à en minimiser les impacts environnementaux.
  • Les raisons pour posséder un boisé et les objectifs d’aménagement des producteurs sont très variés, ce qui contribue à maintenir la diversité des forêts privées.
  • Les producteurs sont intégrés à leur communauté et sont donc sensibles à ses besoins ou à ses désirs.


Pourquoi donc une politique sur les saines pratiques forestières? En premier lieu, le Syndicat signifie ainsi le grand intérêt qu’il porte à la protection et à la mise en valeur des ressources du milieu forestier. L’adoption d’une politique de saines pratiques forestières indique que les producteurs visent l’excellence à titre de gestionnaires et d’aménagistes des forêts privées, et fait connaître leur détermination à s’améliorer constamment.

D’autre part, le Syndicat estime que la protection du milieu forestier dépasse la seule dimension de la réglementation municipale. Elle passe d’abord par les producteurs eux-mêmes et par l’application de saines pratiques forestières. L’adoption d’une politique de saines pratiques forestières vise aussi à favoriser la reconnaissance que les forêts privées sont bien aménagées et que les quantités de bois produites sont issues de pratiques forestières saines et reconnues.

Principes directeurs

« Le Syndicat des producteurs de bois de la Côte-du-Sud s’engage à promouvoir une gestion durable des ressources des forêts privées de son territoire et à favoriser l’adoption de saines pratiques forestières par les producteurs. »

Afin de concrétiser son engagement, le Syndicat se gouverne selon quatre principes directeurs, soutenus par des moyens de mise en oeuvre et des actions concrètes.

1. Promouvoir la protection du milieu forestier

  • Par le maintien de la biodiversité, c’est-à-dire d’une variété d’organismes vivants, en terme d’espèces différentes ou de diversité au sein d’une même espèce.

Le Syndicat collabore avec les agences de protection et de mise en valeur des forêts privées oeuvrant sur son territoire, afin que le Programme d’aide à la mise en valeur des forêts privées comporte des mesures favorisant la biodiversité et la protection des écosystèmes forestiers.

  • Par la protection des composantes et des fonctions des écosystèmes forestiers, c’est-à-dire de l’ensemble des êtres vivants et des éléments non vivants d’un milieu naturel.

Le Syndicat collabore avec le monde municipal pour favoriser l’adoption d’une réglementation assurant la pérennité du couvert forestier, en améliorer l’applicabilité et la faire connaître aux producteurs.

2. Favoriser la production durable de biens et services diversifiés

  • Par le respect du rendement soutenu en matière ligneuse.

Le Syndicat favorise une mise en marché efficace et ordonnée ainsi qu’une utilisation optimale du potentiel économique des forêts privées. À ces fins, il établit des niveaux de prélèvements admissibles en matière ligneuse par groupes d’essences, établit ses objectifs de commercialisation en conséquence et effectue le suivi de la récolte sur les forêts privées de la Côte-du-Sud.

  • Par l’usage polyvalent de la forêt privée et de ses ressources.

Le Syndicat participe au développement et à la promotion de marchés, pour des biens et services forestiers diversifiés.

Le Syndicat prépare ou collabore à la confection de divers ouvrages de vulgarisation ou de tout autre outil pertinent de transfert de connaissances, susceptible d’améliorer les pratiques forestières des producteurs. Le Syndicat utilise aussi son journal « Le Jaseur des Bois » et diverses assemblées pour en faciliter la diffusion.

  • Par l’intensification de l’aménagement forestier.

Considérant les avantages que présentent les forêts privées en terme de retombées potentielles d’une intensification de l’aménagement forestier, le Syndicat collabore avec les agences afin d’assurer la dotation du Programme d’aide à la mise en valeur des forêts privées à un niveau suffisant pour atteindre les objectifs des PPMV.

3. Oeuvrer à la conciliation des intérêts des communautés locales et de ceux des producteurs

  • Par le développement et le maintien de relations harmonieuses avec les intervenants et l’usage d’une approche de concertation.

Le Syndicat s’implique lors des différents processus de planification de l’aménagement du territoire, tels le plan de protection et de mise en valeur des agences (PPMV), le schéma d’aménagement des municipalités régionales de comté, la réglementation municipale en matière de protection du couvert forestier, la définition d’un système d’aménagement durable, et autres… Dans son action, le Syndicat favorise la concertation avec ses principaux partenaires.

4. Adapter et faire évoluer la politique sur les saines pratiques forestières

  • Par l’implication des producteurs dans sa définition.

La politique sur les saines pratiques forestières est adoptée par l’assemblée générale du Syndicat et ratifiée par le conseil d’administration. Toute modification importante à son libellé sera soumise à ces instances.

  • Par l’intervention du Syndicat auprès des producteurs, afin de favoriser l’adoption par ceux-ci de pratiques individuelles compatibles avec les exigences d’un développement durable.

Par divers moyens de transfert de connaissances, le Syndicat sensibilise les producteurs à la protection des écosystèmes forestiers, au développement de l’ensemble des ressources du milieu forestier, ainsi qu’à l’utilisation de techniques de travail productives et sécuritaires.

  • Par une mise à jour périodique de cette politique, selon l’évolution des besoins et la disponibilité des nouvelles connaissances.

Le Syndicat collabore au programme d’inventaire forestier provincial et participe au suivi des PPMV des agences ou à d’autres initiatives, permettant d’acquérir plus de connaissances sur l’état des forêts privées.